Pendant le jeûne

Entrez dans la danse

Le jeûne que je vous propose s’inspire de diverses sources. La plus médiatisée actuellement est la méthode du Dr. Buchinger. A base de jus, d’infusion de plantes, de bouillon de légume et d’eau de source.

Le jeûne hydrique accompagné de jus offre est la forme la plus simple et accessible. Elle vous donne un grand choix de jus pour que votre expérience du jeûne soit fabuleuse.

Le timing du jeûne est assez similaire, que vous jeûniez dans votre vie quotidienne, ou que ce soit lors des retraites Jeûne et Nature.

Il y a des étapes, des paliers, des ajustements qui se font naturellement. Le corps et l’esprit s’adaptent et nous permettent de faire une expérience vraiment originale.

Jus nourrissants

Au fil de mon expérience, j’ai découvert des synergies entre les styles de jus et les personnes. A la fin du jeûne, beaucoup expriment leur surprise – et leur soulagement – de n’avoir pas eu de grosses faims.

Cela signifie qu’en début de jeûne, le jus doit nourrir et apaiser la fébrilité que l’absence, même volontaire, de nourriture fait naître en eux.

Vous aurez des jus « haute énergie », des grands jus. Puis le soulagement intervient et dès le 2e jour, les jus évoluent, changent de couleurs. On passe des jus oranges aux jus verts. Moins de carotte, plus de céleri ou de fenouil. Puis le dosage diminue.

C’est chaque fois une surprise satisfaisante de voir que dès le 2e jour, un grand verre de jus, c’est déjà trop ! On n’a plus faim.

jus vert par excellence, le céleri branche nourrit et détoxique
jus vert par excellence, le céleri branche nourrit et détoxique

Pour les fringales de sel, certains agrumes et légumes sont parfaits pour rééquilibrer la demande du corps, ce sont le céleri et le grapefruit.

On essaie de garder un œil sur le niveau de sucre dans les jus, mais parfois, il est bon de se souvenir des propriétés significative de certains légumes. Par exemple les qualités d’ancrage, de reminéralisation et des bienfaits sur la circulation de la betterave. Vous serez scotchés par un mélange qui à le goût du lait de coco. Il faut le voir et le goûter pour le croire.

Lorsque le corps se détend, et passe les 2 premiers jours de réajustement, on peut ensuite passer à toute une gamme de jus vert. Cela comprend le céleri, fenouil, chou frisé kale, la verdure telle la roquette, et les herbes comme le basilic, le persil, la menthe.

Le persil est un concentré de bienfaits, médaille d’argent juste après le jus d’herbe de blé ou d’orge qui sont les rois verts.

On joue parfois avec les parfums et la curiosité, ou avec des solutions de santé, comme d’ajouter une petite pomme de terre à un jus pour faire du bien à l’intestin.

Les journées Nectar

Après quelques jours, on atteint ce que j’appelle « les journées Nectar ».

Le Nectar est l’essence même, un état de bien-être et d’insouciance où tout va bien. Nous sommes au cœur du jeûne. Et nous arrivons à cet état de liberté, là où il n’y plus aucune faim et où nous avons beaucoup d’énergie. Nous sentons le corps travailler et détoxer, mais nous pouvons avancer avec confiance et le laisser faire.

Les journées Nectar arrivent après le 3e jour de jeûne. On y accède également grâce au lavement qui libère le tube digestif, et nettoie les derniers restes solides, tant physiques qu’émotionnels, telles des émotions qui ont besoin de se détoxiquer.

Coup de pouce

Le lavement est une belle expérience, c’est un bain du colon. Le lavement est en option, non obligatoire mais vivement recommandé. Vous l’effectuez vous-même en toute sécurité. Je l’encadre avec une méditation du coeur et du ventre pour détendre l’esprit, le ventre et l’atmosphère. Lors de la retraite, le lavement fait avancer les choses pour que vous puissiez profiter des journées nectar avant que la cure se termine.

Le lavement est une véritable méditation corporelle. A cette occasion, vous reprenez contact avec votre ventre et c’est une très bonne expérience. C’est également pour ça que je ne propose pas de purge, où il n’y a aucun contrôle et où on perd une soirée particulièrement désagréable sur les toilettes. A contrario, le lavement est un acte de bienveillance et de soin de soi, très simple en soi.

Car après un lavement, on est tout vide, tout propre. En bref, on se sent tout neuf, toute neuve.

On peut profiter de faire une journée à l’eau dès ce moment-là. On remarque qu’on a moins de stress, tout est simplifié. Le lavement est en option. Mais c’est une étape importante.

La méthode du Jeûne Joyeux™

Autour du jus du matin, nous prenons le temps de faire quelques mouvements d’éveil. Je m’inspire de mon expérience personnelle et vous propose un mélange d’auto-massage, de points d’acupressure, de mouvements d’ancrage et de circulation d’énergie.

Si vous arrivez le matin avec un mal de tête, ou comme c’est arrivé à l’occasion, toutes les participantes avaient des palpitations, c’est grâce à une méditation pour calmer le cœur et refaire l’ancrage que les symptômes se sont dissipés.

Effets secondaires et solutions

Grâce à mon expérience et mes connaissances en naturopathie et dans l’approche énergétique, je vous accompagne à travers les réactions thérapeutiques possibles, les symptômes typiques de détox tels que les maux de tête, la fatigue, une certaine confusion ou l’impression de fonctionner lentement, les maux de dos, l’équilibre incertain, des vertiges. Ce sont toutes des manifestations du nerf vague, ce grand nerf de la relaxation et du lâcher prise.

J’ai à votre disposition de l’homéopathie, le Rescue, et plusieurs solutions très efficaces.

En résumé, ce que vous allez découvrir durant cette retraite de jeûne est ce que j’ai appelé la Méthode du Jeûne Joyeux™, car elle nous relie avec notre capacité innée à la joie, à faire confiance au corps, en faisant plein de petites choses faciles et répétitives qui mises bout à bout créent un accomplissement génial et tellement satisfaisant !

Sur la souche de l'épicéa on s'enracine
Sur la souche de l’épicéa on s’enracine. Sarah, septembre 2019

Le balluchon « mental-émotionnel »

L’influence du mental et de l’émotionnel, entendez par-là, le stress dans lequel on se trouve au début du jeûne provient du fait que notre tête doit lâcher prise au profit de notre corps. Laisser le corps faire son job et gérer le jeûne, c’est ça le grand défi.

Le corps sait exactement quoi faire. C’est juste notre « mental-émotionnel », le paquet de réflexion, de contrôle, de souci, de manque de confiance – le mental, qui génère l’angoisse, le doute, toute sorte de peurs – l’émotionnel. Et quand le ballot « mental-émotionnel » descend dans le corps, il crée… la nausée, les maux de ventre, le mal de mer, le vertige, les palpitations, … vous reconnaissez ? Ce sont toutes les manières qu’a le nerf vague de communiquer avec nous.

Lâcher-prise sans faire exprès

Donc, si cela devait se passer pendant le jeûne, je vous proposerai des solutions homéopathique, et des exercices pour détendre le mental-émotionel, élargir les perceptions mentales pour laisser le nerf vague s’épanouir, et améliorer la qualité des messages.

Ainsi on gagne en clarté et on a plus de facilité à décoder les messages du corps, les nausées, les vertiges, les palpitations disparaissent.

C’est ça le lâcher-prise.

Laissez votre corps faire avec confiance.

Vous recevrez en format PDF un carnet contenant les recettes des jus et un carnet autour du lavement ou les secrets détox du colon, présentant le lavement selon ma méthode. Vous recevrez un enregistrement des méditations de la semaine.